mar. Oct 4th, 2022

Mot du DG

Les marchés publics à l’épreuve du COVID 19

Le budget du Togo pour le compte de l’exercice 2020 s’équilibre en charges et en ressource à 1466,2 milliards de F CFA. Une bonne part est consacrée aux dépenses d’investissement qui, dans le cadre d’un Etat, s’effectue principalement à travers la commande publique pour satisfaire les besoins des populations et assurer le fonctionnement de celui-ci.
A l’issue de cette adoption, les différentes autorités contractantes ont élaboré leurs plans prévisionnels de passation des marchés (PPM) qui ont tous été déjà validés par la Direction nationale de contrôle des marchés publics (DNCMP).
Cette étape franchie, les autorités contractantes ont élaborées leurs plans prévisionnels de passation des marchés publics (PPM) qui ont tous été déjà validé par la Direction nationale du contrôle des marchés publics (DNCMP).
Cette étape franchie, les autorités contractantes devraient logiquement être de plain-pied dans l’exécution de leur PPM. Malheureusement, cette logique a été faussée par la survenance de cette pandémie, la COVID-19, qui crée la psychose un peu partout à travers le monde.
Cette situation imprévue n’est pas de nature à favoriser l’exécution sereine de ces PPM, d’où l’inquiétude légitime des structures chargées de veiller à la bonne gestion de la commande publique que sont l’ARMP et la DNCMP, quant au sort des marchés publics programmés pour être exécutés cette année.
C’est le lieu d’en appeler à la responsabilité des Personnes responsables des marchés publics face aux retards pris dans l’exécution des PPM. La COVID-19 ne doit pas tout bloquer, au risque de compromettre les espoirs suscités par le Programme national de développement (PND).
Lorsqu’on considère tout l’engouement autour de cet ambitieux programme sensé orienter les principaux axes de développement de notre pays pour les prochaines années, il y a de quoi redoubler d’efforts pour préserver l’essentiel des ravages causés par cette pandémie de Coronavirus, d’où cet appel de détresse lancé à tous les membres des organes internes de gestion des marchés publics des autorités contractantes à ne pas baisser les bras et à poursuivre autant que faire se pourra, l’exécution des PPM; il en va du bien-être de nos concitoyens.
Dans le même contexte, une attention particulière doit être accordée à toutes les autres initiatives visant à soutenir et à favoriser une plus grande croissance économique, notamment la mesure présidentielle qui accorde depuis 2018, un quota de marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneurs.
En effet, la dernière évaluation de la mise en œuvre de cette mesure a fait apparaitre d’importantes disparités entre les catégories d’autorités contractantes.
Ainsi, une analyse des taux moyens de réalisation des PPM jeunes et femmes entrepreneurs de l’année 2019 par catégorie d’autorités contractantes permet de constater que certaines structures ont fait preuve d’assez de laxisme dans la mise en œuvre de cette mesure, au regard des faibles taux de réalisation de leurs PPM.
L’Autorité de régulation des marchés publics encourage toutes les autorités contractantes à s’approprier cette mesure qui permet depuis son lancement à des milliers de jeunes d’assurer leur insertion socioprofessionnelle.
La prochaine évaluation sera une fois encore l’occasion d’apprécier les efforts des uns et des autres pour faire aboutir cette mesure voulue et décidée par le Président de la République.

Aftar Touré MOROU